JobMeeters encore



J'influence

Mention Légale


  • Directeur de la publication : David Guillocheau. Service technique d'hébergement : Sixapart S.A. 104 Avenue du Président Kennedy 75116 Paris - Tél. : 0144141660.
Blog powered by Typepad
Membre depuis 11/2004

« Plus fort que second life : le recrutement par avatars | Accueil | La DRH prise dans la tenaille par le Web 2.0 ? »

Commentaires

COLPIN Didier

"CV ANONYME" ET BON SENS.

Bien sur, toute discrimination (1) est choquante, qu’elle soit basée sur le sexe, la race, la religion, le nom ou autre et l’accès à l’emploi doit s’effectuer que sur la seule compétence.

Le projet du CV anonyme veut favoriser cette impartialité. De quoi s’agit-il ? N’y faire figurer ni photo, ni nom, ni sexe, ni âge, ni nationalité. A juste titre, il faut s’en réjouir ! Mais que dans l’esprit du texte, pas dans sa lettre (...)
Car le bon sens doit garder sa place. Il y a des évidences à respecter qui, parce qu’évidentes, ne figurent pas noir sur blanc sur le profil du poste recherché. Imaginons le cas d’une jeune femme bardée de diplômes, mais recouverte, à la mode (?) Taliban, d’une Bourka (« tchador intégral ») : à part postuler pour tenir le même rôle que celui tenu dans les années 60 par Juliette Gréco dans le remake d’un film qui s’appellerait « Belphégor, le retour », que peut-elle faire ? Rien. Est-ce choquant ? De même, serait-il choquant qu’en voyant, un beau matin, arriver un « conseiller en placements » le visage couvert de piercings un directeur de banque demande à l’intéressé de prendre rapidement tourne visse et tenailles pour se démaquiller ? Non. Mais ce même choix de présentation peut se révéler tout à fait approprié pour travailler dans un club de nuit : Faire respecter des normes sociales, ce n’est pas imposer des discriminations ! Seuls les artistes sont au-dessus de ces normes. Pensons aux tenues de Salvador Dali ou de Brian Jones : Autant d’arcs-en-ciel dans la monotone grisaille vestimentaire ! Mais le salarié ne fait pas un show et une entreprise n’est pas une démocratie qui, elle, accepte particularités, singularités et individualités. Nombre de cadres portent un « costume/cravate » qui est effectivement un uniforme, le reflet d’une convenance. Les choses sont ainsi.

Pensons à l’ « affaire » récente de la filiale du groupe l’Oréal, traînée au tribunal pour avoir demandé des embauches d’animatrices « B.B.R. » c'est-à-dire « bleu blanc rouge » (comprenez françaises) : les laboratoires Garnier, filiale en question, viennent d’être relaxés. La justice s’est prononcée, ce que je me garderai bien de faire ne connaissant pas les méandres du dossier. Mais je ne suis pas choqué de voir dans une parfumerie plus de jeunes et belles femmes vendre des cosmétiques que d’hommes âgés, bedonnants, mal rasés, le col couvert de pellicules. Je ne suis pas non plus étonnés de voir davantage de « grands frères » blacks et costauds assurer la sécurité devant les caisses de supermarchés que de petites minettes de 40 kilos.
Ne soyons pas pour autant psychorigides : Il y a, c’est une certitude, des zones frontières : je pense aux exigences (américaines) à l’embauche des parcs Disney, exigences refusées et condamnées par nos tribunaux et c’est tant mieux ! Pour s’en convaincre pensons que ces braves ricains interdisent l’importation de notre pourtant fameux calendos bien coulant… De plus, c’est incontestable, les normes sociales évoluent, et, j’en ai conscience, il faut se méfier des évidences…
Bref, rien n’est simple…

Ce qui précède n’est pas qu’anecdotique, que secondaire. Ce qu’est peut-être la demande de CV sans photo… Mais ce projet (qui reste un gadget sans décret d'application) a au moins l’avantage de sensibiliser l’opinion. Et il faut continuer lutter contre les véritables discriminations. Comme celle dont a été victime une femme de Loire-Atlantique, volontairement écartée par un employeur de Chateaubriant en raison de sa seule couleur de peau. Ce dernier, en date du 17 juillet 2006 a été fortement condamné par le tribunal correctionnel de Nantes.

(1) A voir : le site de HALDE (Haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l’égalité) http://www.halde.fr

COLPIN Didier

David de Jobmeeters

Didier : voila un commentaire, merci !

Le recrutement doit chercher à objectiver ces critères pour en faire des critères de sélection objectifs et argumentés... à partir du moment où ils ne sont pas en conflit avec nos lois et nos valeurs républicaines. Bref comme vous le dite pas simple.

Il peut y avoir des caractéristiques liées à la personne qui influent positivement ou négativement sur la performance voir empèche l'execution d'un métier. Là pas évident car sujet sensible.

Alors à mon avis,

Porter la bourka est une situation d'affirmation de sa religion extrème qui heurte l'identité de la femme en premier lieu et qui en plus est incompatible avec l'exercice de nombreuses activités professionnellles. Au mimimum c'est une condition d'exercice du job.

Le piercing est beaucoup plus discutable surtout s'il n'est pas extrème. C'est une question de perception totalement subjective : on n'interdit pas les boucles d'oreilles à ce que je sache même dans les banques.

Enfin, je vois aucune raison qui justifierait que les hotesses d'accueil soient "blanches" ,icones d'une partie de la France, ou que les agents de sécurité doivent être noir. Au mieux on est là dans le stéréotype inconscient. En effet, en tant qu'"utilisateur", je préfére une hotesse d'accueil souriante, prévenante et efficace, qu'une beauté froide... quelque soit la couleur !
Et puis dans le cas de l'agent de sécurité je peux correspondre au poste étant blanc, ayant vécu dans quartier difficile et petit sec fort en arts martiaux par exemple.

Laurent

Je comprends le raisonnement de Didier, mais il ne faut jamais perdre de vue le fait que les compétences restent les seuls éléments à prendre en compte.

Pour aller dans le sens de David, je me souviens d'une photo dans feu l'excellent magazine Actuel. On y montrait trois hommes bronzant sur une plage. Deux malabars et au milieu un freluquet. La légende disait à peu près "Ce sont les gardes du corps des Rolling Stones. Le plus redoutable c'est le minus du milieu, il est champion de karaté."

Il ne faut pas se fier aux apparences.

De la même façon que les parfums ont été pendant bien longtemps vendus par des petits commerçants parfumeurs sans doute un peu bedonnants et quinquagénaires, sans que cela ne gène personne à l'époque. Ce sont les Sephora et autres big companies qui ont décrété qu'il fallait de jeunes filles fraîche et jolies.

En matière de ressources humaines, notre société est tellement habituée à des stéréotypes qu'elle en perd toute distance critique.

alain Gavand

Ma réaction David à la proposition de la Halde.
Je considère que cette mesure est intéressante à condition que l’on ait démontré que la discrimination se déroule au moment du tri de CV dans telle ou telle entreprise. Si c’est le cas et bien le CV anonyme est la bonne réponse !

C’est pourquoi je recommande aux entreprises d’effectuer un audit de discrimination et de bien analyser à quelle étape du processus de recrutement se situe la discrimination.

Pour avoir été le 1er cabinet de recrutement à tester le CV anonyme, je considère que c’est un bon outil pédagogique pour le recruteur. Nous l’avons abandonné car un audit sur notre base de CV a démontré que cette étape n’était pas discriminatoire et qu’un candidat dont le prénom était statistiquement discriminé (par exemple d’origine maghrébine) n’avait pas moins de chance d’être reçu en entretien qu’un candidat dont le prénom est statistiquement non discriminé.
La discrimination à l’embauche est un fléau et tous les outils doivent être étudiés ! Et les leviers sont multiples : formation des recruteurs, des RH, des managers, révision des processus, diversification du sourcing…

David de Jobmeeters

il faut effectivement appréhender l'ensemble du processus de recrutement pour identifier les problèmes de discrimination.
Comme le sourcing, la présélection me semble est une étape clef.
En plus d'être en assez en amont, cette phase représente la très grande majorité des décisions prises (par tri CV) par les recruteurs. La nécessité de traitement "à la chaîne " du volume d'un coté et l'absence de contact direct avec l'autre (le candidat) peuvent se traduire "l'air de rien" en une discrimination industrielle. D'où la vigilance particulière à avoir sur cette étape, la nécessité de monitorer et de l'équiper d'un process industriel "équitable".

karateka

le karaté c'est le meilleur sport tout le monde doit le pratiquer parceque il aide a se controler et apaise l'esprit...

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

JobMeeters toujours ;-)